Autres marques européennes

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/nicosoni/www/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/nicosoni/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/nicosoni/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /home/nicosoni/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/nicosoni/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/nicosoni/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.


Voici certains des amplis européens qui sont passés sur le billard:

Garen Classic Basse

La France est connue pour beaucoup de choses mais malheureusement pas pour ses amplis. Il n'existe aujourd'hui qu'une petite poignée de constructeurs nationaux (dont ToneSilk) et seuls quelques-un d'entre eux ne sont pas de simples monteurs de kits. De même, seuls un petit nombre de producteurs sont apparus dans les années 60 et 70: Garen, Stimer, Stevens ou RV sont certains d'entre eux et semble plus ou moins liés à en juger par certaines similarités de leurs produits.

Comme beaucoup de ses contemporains nationaux, ce Garen Classic Basse a un look soigné mais un design moins convaincant. La construction est inadaptée aux contraintes des tournées et des concerts et malgré des composants de bonne qualité, le son n'est qu'acceptable. Il partage la séparation en deux châssis du préampli et de l'ampli de puissance du Farfisa F40 présenté dans cette page. Une paire de EL34 en montage cathode bias fournit la puissance d'une trentaine de watts. Trois canaux équipés de leur entrée et de leur contrôle de volume permettent de connecter une basse, une guitare ou un "instrument" (orgue ou accordéon). Une équalisation globale à deux bandes permet de modifier le son de l'ampli qui reste assez sombre et sans trop de punch. Un joli trémolo (nommé vibrato) permet d'agrémenter le canal guitare mais produit un déplacement excessif du cône du HP Garen qui équipe le combo.

Malgré un son perfectible, ce Garen en parfait état est une fantastique pièce de collection qui, pour le meilleur ou le pire, constitue un rare témoignage de la musique électrique française des années 60.

Framus Dragon

Le nom Framus qui appartient maintenant à Warwick est plus souvent associé à des guitares des 60's et 70's mais la marque allemande propose des amplificateurs depuis pas mal d'années maintenant. Ce sont tous des multi-canaux et ce Dragon est la première version du modèle phare de la gamme avec trois canaux et une puissance de 100W grâce à son quartet d'EL34. Le canal clair est très inspiré des Fender black et silverface mais emploie un circuit d'équalisation original qui modifie la réponse du contrôle des médiums. Les canaux Crunch et Lead sont des dérivés du fameux Soldano SLO. Le canal Crunch est tempéré pour offrir des sons avec une saturation légère à soutenue tandis que le canal Lead est très proche du design californien. Comme pour le canal Clean, ils emploient une équalisation unique pour ce type d'ampli. Le circuit Baxendall utilisé produit une signature sonore originale et une réponse des contrôles plus étendue qu'avec designs traditionnels.

Le résultat est un ampli qui peut faire beaucoup de choses, du ultra-clean au ultra-saturé avec tous les sons intermédiaires. Le son est très moderne avec des plages d'aigus et de basses assez étendues. On peut creuser les médiums assez sévèrement et le contrôle est accordé assez haut ce qui permet de sortir du mix si on les booste. La construction est de très bonne qualité même si les pistes du circuits et les pads semblent un peu sous-dimmensionés. Mais si l'on en juge par ce que ce Dragon a vécu, on peut penser que les amplis Framus peuvent tourner de manière intensive et toujours délivrer sans broncher.

Voilà un ampli peu commun. C'est un FBT Yunior des années 60 un peu mal en point qui a décidé d'électrocuter son propriétaire lors de sa dernière utilisation. Heureusement, il est toujours là pour en parler (le proprio). Avant de le remettre en route, un inspection générale s'impose et à première vue les italiens de FBT ont fait un superbe boulot : composants de qualité, câblage très propre, design de pro (un poil trop hi-fi des 60's peut-être), enceinte en contreplaqué. La topologie de l'ampli est assez originale avec un inverseur de phase au design antédiluvien.

Cet ampli était un véritable engin de mort avec toutes les pièges traditionnels des amplis des 60's (death cap, pas de connection à la terre, vis qui se baladent et j'en passe). Une fois réparé, ça ne sonne pas mal du tout: très "vintage" bien sûr. On peut obtenir pas mal de sons en mélangeant les 2 canaux. Aux dernières nouvelles, les HPs n'ont pas résisté à la puissance retrouvée de l'ampli. Ils avaient séjourné un peu trop longtemps dans une cave humide.

Encore un ampli pas courant. Cette fois-ci, ce sont nos amis Flamands qui nous l'ont pondu, en direct d'Amsterdam. C'est une copie assez conforme des Marshall 1959, la qualité des composants mise à part. La façade dit DEA100 mais c'est en fait un modèle 50W. Il ne devaient plus avoir le panneau correspondant. On imagine bien le contrôle qualité...

Décidemment, ils sont partout.. Celui-ci fait 100W. C'est une sorte de Marshall Superlead pour petits budgets. Il a bien vécu et l'intérieur est à l'avenant de l'extérieur. Il faut dire que la qualité médiocre des composants n'en fait pas une bête de course. Contrairement à ce qu'on peut lire sur le web, ce ne sont pas les transfos qui sont mauvais mais plutôt tous les composant passifs utilisés. Celui-ci marche bien à présent... Il était vert, la deuxième couleur des London City, mais un propriétaire conservateur l'a (mal) peint en noir.

Ces amplis étaient aussi distribués sous le nom Manhattan. J'ai un a priori assez négatif sur ces amplis vu la piètre qualité du bazard, mais aprés un essai à fort volume chez Amiante Prod, je dois dire que le son est pas mal du tout. Ca sonne trés AC/DC: comme quoi les design les plus simples sont faciles à faire sonner. Ouste blift.

HURRICANE!!!!!!! Tremblez braves gens! Car voici le Faylon HURRICANE!!! .....

Bon finalement, il n'y a pas de quoi mouiller sa culotte. Ce petit ampli tout droit venu des sixties n'est pas trop mal construit (on dirait qu'il a été déssiné par Margerin pour un album de "Lucien"). Il peut résister à une attaque nucléaire des Soviets et c'est plutôt de la bonne cam à l'intérieur. Par contre, il a un gros défaut: il utilise 4 lampes de puissance EL503, complètement introuvables maintenant ou alors à des prix stupides. Ce sont les mêmes que sur le Hohner Orgaphon ou d'autres amplis de petite marque de la même époque.

Celui-ci appartient à Fred de Amiante Prod. Pas de bol, il nous a crâmé une paire de lampes (probablement morte de leur belle mort). Heureusement la seconde a tenu. On remplace les composants qui ont flanché, on refait un bon bias et ça repart sur 2 lampes.

Le son est à l'avenant du look. On peut jouer du yéyé dessus mais c'est à peu près tout. Les entrées sont très sensibles et pour avoir un son clair, il vaut mieux y brancher une gratte du même vintage avec des micros anémiques (genre Watkins Rapier ou Hofner Galaxy). Dans le cas contraire, ça crunch mais plutôt comme si la guitare avait un vieux reste de diarrhée. Pas terrible donc. Son plus grand mérite est d'avoir un vrai look continental!

Ce bon vieux Sovtek MIG 100 n'était pas en panne mais je l'inclue ici parce que j'aime bien ces amplis. Il appartient à Ben de Pambanizza Cirkus. Un canal, 100 watts et un gros son qui tâche: que demander de plus?

J'ai mis la photo de l'intérieur du châssis pour qu'on voit bien que contrairement à ce que certains disent, les Migs sont bien construits. Les composants sont d'une qualité tout à fait acceptable (meilleure que celle des amplis produits en Chine, suivez mon regard...), et le câblage n'est pas loin d'être exemplaire. C'est sans aucun conteste mieux que ce que produisent aujourd'hui Marshall, Laney, Vox/Korg et autres fabricants de gros volumes. Quand on ajoute à ça les prix auxquels ces amplis partent en occase, on a le meilleurs rapport qualité/prix du marché. Naz Drovia.

Merci encore pour le Jack Daniels, Ben!

Après le 100, voici le Sovtek Mig 60. Ce petit Sovtek possède les mêmes contrôles que son grand frère mais ce n'est pas tout à fait la même bête. C'est toujours très bien réalisé à l'intérieur et le son n'est pas mauvais bien q'un peu trop agressif à mon goût. J'ai profité d'une séance de relampage pour modifier légèrement celui-ci qui appartient à Bob, de Poncharello. Le caractère de l'ampli est conservé mais la saturation est plus douce, plus progressive, en un mot, plus agréable.

Je dois dire que ça en fait une excellente tête - une bonne alternative aux Marshall 2203 et 2204 dont les prix montent sans raison valable.

Nos amis de Hugues&Kettner nous promettent 3 amplis avec ce Triamp mais en vérité, on a 3 préamplis. Pas de quoi se taper le cµ/ par terre, donc. Ceci dit, ça ne sonne pas mal, avec une bonne palette de son différents. On a du préampli type Plexi, du préampli type Marshall 2203 et du préampli copié sur un Soldano SLO, avec à chaque fois une variante.

L'ampli est très bien construit et ne fera donc pas mentir la réputation de nos cousins européens. Il faut juste avouer que les sons sont un peu raides, mais c'est surtout dû au fait que l'ampli de puissance est plus taillé pour retranscrire fidèlement tout ce qui sort du (ou des) préamplis, que pour apporter sa propre couleur et son enveloppe. Ca se ressent moins lorsqu'on pousse l'ampli, et c'est bien sûr conseillé...

Mais ce qui fait peur avant tout dans cet ampli, c'est son poids. Hugues (ou Kettner?) a utilisé le même type de matériaux et de finition que pour ses enceintes de sono (HK), et le choix n'est peut être pas très judicieux. C'est clean et très résistant mais on a mal au dos rien qu'à l'idée de le transporter jusqu'en répète...

L'Italie a beaucoup contribué dans les années 60 à l'essor du Rock'n Roll et de la musique populaire européenne: les guitares Eko et Vox, ou les pédales Jen en sont les meilleures preuves. Farfisa est l'une des marques du pays du Chianti qui s'est forgé une réputation grâce a ses orgues aux sonorités recherchées et à son matériel bon marché.

Ce Farfisa 40 est un amplificateur de sono sous forme de combo datant du milieu des années 60. On pouvait y brancher l'orchestre au complet: guitare, accordéon, micro chant et orgue. Le résultat était sans aucun doute désastreux mais à l'époque, la sonorisation était encore une science obscure. Elle l'est toujours pour beaucoup d'ailleurs...

L'ampli est intégralement à lampes, avec un vrai câblage point-par-point, c'est à dire, tous les composants en l'air soudés les uns aux autres par leur pattes. Contrairement aux Farfisa des 70's, on a droit à des EL34 en puissance, une réverbe drivée par une EF86, et un préampli tout en 12AX7. Les HPs sont des Jensen "made in USA" d'époque. Le footswitch a son petit rangement à l'intérieur de l'enceinte et permet de commuter le tremolo et la réverbe qui elle possède un verrouillage mécanique pour le transport. Autant dire que cet ampli été carrémént haut de gamme à l'époque.

Le son de l'ampli est clean quelque soit le canal, et il est très typé années 60. C'est du beau, du gros, du bon clean compressé et noyé dans la réverbe si nécessaire. On pourrait enregistrer la totalité de la bande originale de Pulp Fiction avec. On pourrait aussi reprendre tous les titres des Chaussettes Noires... ou pas.

Malheureusement, le vynil est fragile et la toile de protection des HPs est aussi résistante qu'un kleenex mouillé: une poignée de concerts est suffisante pour achever ces amplis. Si Farfisa nous avait fait une enceinte plus adaptée aux rigueurs des concerts, et une alim correctement dimensionnée (pas une misérable EZ81), cet ampli serait sans aucun doute devenu une référence.

Ce Dynacord Jazz n'est pas dans son enceinte originale. Elle contenait généralement un ou deux HPs de 10 pouces mais était de construction assez fragile. J'ai récupéré deux de ces amplis auprès d'un guitariste Belge et seule la partie électronique était fonctionnelle.

La marque allemande Dynacord a produit une large gamme d'amplificateurs pour instruments ou pour la sonorisation. Ils étaient tous de très bonne qualité mais malheureusement pas fait pour la route. Ce Jazz possède deux canaux avec chacun un contrôle de volume et une tonalité générale. Comme l'indique son nom, l'ampli produit un son peu brilliant et très clair: parfait pour le jazz à l'ancienne mais c'est à peu près tout. Heureusement, il est assez facile de le transformer en Tweed Deluxe, et une fois placé dans une enceinte 1x12 en pin massif, les sons que l'on en sort sont bien plus sauvages. On trouve beaucoup d'articles sur le Tweed Deluxe et ses contrôles interactifs. Les sons clairs sont typiquement Fender et pleins de brillance sans devenir agressifs. Les sons crunch pourraient définir le son Rock and Roll. Une belle trouvaille!

Le Sovtek Mig 50 est la tête la plus compacte de la gamme Sovtek (avec le Bassov, plus rare). C'est un ampli avec un son plutôt bon, dans le style d'un Bassman Tweed ou d'un Marshall JTM45. Il n'est pas aussi bien réalisé que ces confrères car il utilise entre autre des potentiomètres spécifiques un peu trop fragiles et soudés directement au circuit imprimé. Un vendeur russe en propose sur la Bay: ils sont en fait construit avec des pièces de récupération de mauvaise qualité. Je n'irai pas par 4 chemins: ces amplis constituent un risque mortel pour l'utilisateur de par leur mauvaise construction. Un seul conseil si vous voulez acheter un Mig 50: inspectez les transfos par l'arrière de l'ampli et si ils sont peints en vert, n'achetez pas l'ampli! Si ils sont capotés et de couleur métallique, tout va bien, faites-vous plaisir.

Cet ampli appartient à Olivier du groupe Ed Wood Jr que je vous conseille vivement d'écouter. Il avait été modifié et Olivier voulait lui ajouter un master volume. J'ai donc enlevé la modif inutile et ajouté un master efficace: l'ampli peut maintenant cruncher à un volume gérable! Le son est typiquement Marshall (première époque): pas aussi raffiné qu'un bon exemplaire de la marque britannique mais bien Rock tout de même.